Témoignages

«La tâche que vous vous êtes donnée comme mission de concrétiser, celle de permettre aux immigrants de s’intégrer, soyez en rassurée, vous l’avez pleinement réalisée. Vos rencontres, vos ateliers, vos supports, vos conseils et vos divertissements, nous informent, nous forment, nous éduquent et nous épanouissent. Votre tâche n’est pas celle de permettre aux nouveaux arrivants de trouver un emploi, c’est bien plus que cela, mais qu’eux tous ils ont leur place à part entière dans cette nouvelle société dont ils font maintenant partie, c’est leur pleine épanouissement. Je pourrais en dire d’avantage de choses positives à l' endroit de vous et de votre organisme, mais je vous laisse le libre choix de les imaginer vous-même, sans aucune réserve. »

«Nous vous remercions sincèrement pour toute votre attention, votre dévouement, votre disposition et votre soutien à notre dossier d’intégration. Que tous vos vœux, que ce soit pour votre famille et pour AMINATE deviennent des réalités.»

Guercy Noisy et Jesuléne Accimé


«Merci beaucoup Hassiba et Andrea pour le bon travail. Votre soutien nous donne la force de vaincre les obstacles »

Reena Buhorah-Bundhoo (ILE MAURICE)


«….La chaleur des épouses mauriciennes fait certes fondre les cœurs pour ce qui est du froid on en rira ensemble en mai 2015. Nous avons trouvé en Aminate un refuge, un guide, un ami... Que dire de plus si ce n'est que bonne continuation dans votre dévouement. Merci pour l'accueil! »

Sonia Etienne Ameerkhan (Ile Maurice)


«Nous voulons te remercier, toi et Hassiba pour tout l’accompagnement, le soutien et les conseils depuis notre arrivée au Québec. Définitivement, le souhait qu’a mentionné un jour Hassiba à savoir qu’AMINATE est comme une autre maison pour les nouveaux arrivants est accomplie ! Vous faites tous pour qu’on se sente comme en famille, malgré que vous soyez dans le cadre de votre travail. J’espère que vous continuerez à travailler de cette façon si chaleureuse et engagée avec les personnes. Vous plantez de nombreuses graines qui porteront un jour des fruits merveilleux c’est certain. Merci aussi à M François, j’ai beaucoup aimé son cours. Sa méthode est très bonne, pour améliorer notre prononciation. Il devrait la breveter Merci encore et bonne chance dans tout ce qui vient ! »

Diana Flores/ Salvador Zamudio (Mexique)


«Récemment installée au Québec, je bénéficie du précieux soutien qu’offre ‘’AMINATE‘’ à l’endroit des femmes immigrantes. J’éprouve beaucoup de plaisir à travers les rencontres socioculturelles qui me portent à explorer au mieux ma terre d'accueil, tout en tissant de nouveaux liens. Le support d'AMINATE m’a surtout servi dans le processus d'intégration de mon jeune enfant, qu'il s'agisse d'activités récréatives ou autres orientations utiles à son plein épanouissement…. MERCI À AMINATE »

Ludmia Garraud


«….Je suis très satisfaite des services qu’offre AMINATE. Le programme de jumelage avec les familles québécoises a été très profitable pour moi et ma famille, car nous avons développé une relation solide et très enrichissante avec la famille jumelle. Aussi, j’ai bénéficié d’un encadrement d’urgence soutenu par l’équipe d’AMINATE lors de ma préparation à des entrevues d’embauche que j’ai toutes réussies. Longue vie à AMINATE!!! Vos services et votre dévouement répondent aux attentes et besoins des immigrants. Encore une fois Merci à toute l’équipe.»

Victorine Lubamba.


« …. dois dire qu’avec AMINATE j’ai découvert plusieurs ressources qui m’ont beaucoup aidée sur le plan économique…. que grâce à la découverte d’AMINATE et ces deux magnifiques et courageuses femmes que j’ai eu le privilèges de rencontrer, m’ont permis de réussir une grande partie de la thérapie que j’attends et d’accepter plus au moins ma situation d’immigrante .. car avant de connaitre AMINATE je pensais que j’étais seule au monde avec l’ignorance de tout ce qui se passait autour de moi, …les ateliers qu’organise AMINATE sur les impôts, le budget et encore plus j’ai appris plein de choses et j’en ai profité pour poser pleins de questions…. AVEC TOUT MON CŒUR LES FILLES Hassiba, Aurélie BRAVO ET VOUS FAITES BEAUCOUP DE BIEN AUTOUR DE VOUS. J’ESPERE QUE DIEU ET LES AUTORITES CONCERNÉES VOUS ACCOMPAGNERONT …….»

Lovely


Nous, les immigrants qualifiés..

Hassiba Idir, Coordinatrice d'AMINATE

Hassiba Idir,
Coordinatrice
d'AMINATE

Prendre la décision de partir n’est jamais facile. Il faut une bonne dose de courage, de témérité et de hargne, pour braver l’inconnu, ayant comme seuls bagages, quelques valises, un peu d’argent ramassé pendant toute une vie, mais surtout notre cartable, où se trouve la chose la plus précieuse à nos yeux, nos DIPLÔMES, et nos années d’expérience! Le nôtre, celui de mon mari et moi, était ROUGE. Il était dans notre bagage à main et nous le serrions très fort contre notre poitrine, pour ne pas prendre le risque de le perdre. De l’autre main, nous tenions notre fille de 4 ans, à qui nous racontions le pays de la paix de la liberté, de la neige et de l’été indien, mais surtout, celui où nous allions faire valoir notre intelligence et notre savoir-faire. Pour être sélectionnés, il faut avoir des diplômes supérieurs et un compte bancaire consistant. Ceux qui arrivent ici sont une mine d’or qualifiée, dont les employeurs doivent tirer le meilleur. Ils sont ingénieurs, architectes, avocats, chefs d’entreprises, pilotes, psychologues, infirmiers, médecins, enseignants universitaires, en plus d’être de parfaits francophones !

Nous avions tous, le statut de travailleurs qualifiés sur nos visas ! Et nous en étions fiers ! Chez moi, en Algérie, j’ai commencé par être conseillère en orientation scolaire, puis intervenante sociale dans un centre pour inadaptés mentaux. Ensuite chargée de projet dans la Chambre des Métiers d’Artisanat, dans la ville d’Alger. Ce projet fou consistait à faire adhérer à cette institution plus de 4000 artisans et petites entreprises. Je n’avais aucune expérience dans ce domaine, mais j’avais l’essentiel, mes compétences intellectuelles et psychologiques à savoir : la maturité, la rapidité d’apprentissage, l’écoute, l’efficacité d’exécution et d’analyse. Un an après, tout était structuré, ce qui nous a valu, les félicitations directes et écrites du ministre du Tourisme et de l’Artisanat, en personne ! Deux années après, le même ministre m’a proposée de travailler avec son équipe pour représenter l’Algérie à l`Exposition Universelle de Lisbonne 1998, au Portugal. Je n’ai pas hésité à relever un autre et beau défi et non le moindre ! À un moment où l’Algérie avait l’image d’un pays ensanglanté par les actes terroristes, les attentats, un génocide islamiste sans précédent, il fallait être là, relever la tête dignement et continuer à se battre et en tant que femme, la résistance était un défi quotidien !

Plus tard, j’ai continué mes études en psychologie clinique. Il y avait un besoin critique d’écoute, d’interventions psychologiques, auprès de la population meurtrie par la situation du pays.

J’ai ensuite, démarré ma propre entreprise, un café internet, un autre défi. J’ai géré ma boite et mes employés efficacement et j’ai réussi à en faire le meilleur café internet de ma ville( Bainem) , toujours en utilisant mes compétences personnelles, celles que j’ai ramenées avec moi dans mon cartable ROUGE !!!

Arrivée ici, comme beaucoup, je ne m’attendais pas à peiner durant 3 années, à tenter de trouver du travail dans ce pays dans lequel, j’ai choisi de vivre avec ma petite famille. Cependant, je me disais, certes, le système et la manière de fonctionner sont différents, mais j’apprendrai facilement.. Je croyais au potentiel énorme et transférable de toutes mes années d’études et de travail. Au fond de moi, je savais que ce potentiel me servirait à intégrer facilement le monde du travail au Québec.

Lorsque j’ai rencontré Monsieur Daniel Gauthier, Directeur général de Action RH Lanaudière, ce dernier m’a posé cette question : « Qu’est-ce que vous cherchez exactement ?» Bonne question ! Au début, je savais exactement ce que je voulais faire, mais à force d’envoyer des CV, de chercher partout, on finit par se perdre et se disqualifier soi-même. La frustration nous envahit, on cherche n’importe quoi, et on s’éloigne peu à peu de son domaine de compétence. Qu’on le veuille ou non, l’aspect financier nous rattrape. Pour nos besoins quotidiens et ceux de nos enfants, qui ne cessent de réclamer le droit d’avoir des choses comme les amis de l’école, on finit par rentrer dans le cercle de la déprime et de l’isolement, alors que d’où l’on vient, on a survécu au pire. .

Puisque je suis une personne positive, voici comment dans mon cas, s’est produit le miracle. Suite à l’apparition de mon cri du cœur dans l’info lettre d’action RH Lanaudière, Monsieur Barthelemy Lokoka, alors directeur d’AMINATE, m’a proposée de commencer avec eux mais comme bénévole. Dure de faire du bénévolat alors qu’on a besoin d’argent. Néanmoins, j’ai décidé de relever le défi, après tout, les propositions ne pleuvaient pas ! Si c’était le prix à payer pour rentrer dans le monde du travail au Québec, et bien allons-y. J’ai recommencé à zéro. En tant qu’immigrante, ça tombait bien; qui pouvait, mieux que moi, comprendre la cause des immigrants et la défendre ? Deux mois après, AMINATE m’ont officiellement offert le poste d’intervenante sociocommunautaire, trois ans plus tard j'ai été nommée Coordinatrice d'AMINATE.

Aujourd’hui, ma valise enfin posée, je mets mon expérience et ma volonté d’aider, au service des nouveaux arrivants. Comme moi, ils doivent tout recommencer, se trouver de nouveaux repères, renoncer à certains, gérer leurs nombreux deuils et s’intégrer. Pour y arriver, il faudrait sentir que la société d’accueil est prête à nous accueillir et surtout à nous accepter; sinon le processus est biaisé d’avance ! Ma devise est : «Oui à l’intégration intelligente, mais pas à l’assimilation, sinon, nous risquons de nous voir amputés de notre richesse culturelle et humaine, de notre identité personnelle qui fait partie de nos bagages ! »

Ici, je m’adresse à vous, messieurs les employeurs, et chefs d’entreprises. Soyez curieux envers les immigrants qualifiés, regardez leur CV, cherchez à les rencontrer. Formez-les aux postes pour lesquels ils postulent. Ils donneront alors le meilleur d’eux-mêmes. Vous aurez la chance de tomber sur des perles rares !

Voilà, je voulais apporter ce message d’espoir à tous ceux qui arrivent dans ce pays. Je veux leur dire de persévérer, de croire en eux, et de faire valoir leurs compétences. Il faut bouger sans cesse, et ne jamais baisser les bras. C’est en arrosant quotidiennement une graine, qu’elle finit par germer et donner de beaux fruits. C’est la logique même de la nature, rien ne se fait dans l’inertie et l’inaction, et comme m’a dit une amie : « Maintenant que la porte est derrière toi, il te reste à avancer ». Eh bien, moi je compte bien, aller loin ! Je suis québécoise, mes origines sont algériennes et ma citoyenneté est Canadienne. J’ai adopté la ville de Terrebonne, pour sa qualité humaine et environnementale, et j’aspire à être un élément actif et participer à l’essor de celle-ci. Par-dessous tout, nous tenons mon mari et moi, à élever notre enfant dans le respect des valeurs universelles et humaines de la société québécoise.

Hassiba Idir